Pourquoi je préfère la 2D à la 3D

0

Lorsque l’on parle d’immersion, l’imagination est à ce jour le meilleur outil que l’on connaisse.

À l’heure où la réalité virtuelle arrive dans nos salons, où les écrans 8K préparent leur entrée, où les consoles et ordinateurs font la course à qui aura la plus grosse … carte graphique… Je trouve qu’il est intéressant de se questionner sur les bienfaits, ou non, du réalisme de plus en plus poussé dans les créations vidéoludique.

Qui n’a jamais rêvé ? Cette sensation d’être entrain de vivre l’action, de réellement parler aux personnes que l’on rencontre… C’est le même phénomène que lorsque vous lisez un livre. Vous imaginez ce qui correspond le plus à l’environnement de l’histoire, à ce qui vous plait. Vous n’allez bien évidemment pas inconsciemment imaginer des décors, ou des personnages avec un physique désagréable.

Concernant les jeux vidéos, l’avantage de la 2D est que, contrairement à la 3D, elle laisse libre court à l’imagination. Notre cerveau reçois des informations en 2D qu’il va interpréter de manière plus réaliste dans notre esprit.

La 3D en revanche est clairement dans la démonstration. De nos jours les jeux vidéo se doivent d’être de plus en plus réaliste (on parle même de photoréalisme, voir le mod Natural Vision pour GTA V). C’est très beau, mais cela a pour effet de ne pas laisser au cerveau la possibilité d’imaginer l’environnement que vous avez sous les yeux à sa guise, puisque tout lui est déjà montré, il est spectateur et non acteur de l’action.

Je pense que les premiers jeux vidéo (jusqu’à l’arrivée de la 3D, voir peut être un peu après) ont laissé un souvenir plus important dans la tête des joueurs que les nouveaux jeux vidéos d’aujourd’hui. Non pas parce qu’ils étaient meilleurs (quoique pour certaines licences …) mais bien parce qu’ils laissaient l’imagination des joueurs construire l’environnement de l’histoire à leur guise. Chacun pouvait imaginer les décors et la tête des personnages qui leur correspondait le plus.

Personnellement j’ai toujours imaginé Link de Link’s awakening dans de magnifiques paysages, sur une île paradisiaque quasi déserte… Si aujourd’hui un remake 3D sortait, celui-ci m’enchanterait beaucoup moins que sa version originale, car les développeurs ne peuvent pas représenter dans le jeu le décors ou les personnages à l’apparence idéale pour moi. Ce serait une représentation cohérente avec la saga, l’ambiance, le chara-design… Mais pas forcément optimisée pour mes goûts personnels (il ne faut pas oublier que l’intérêt des développeurs est de convaincre un maximum de joueurs).

linkawakening

Quand je jouais à ça…

ile_paradisiaque

… J’imaginais ça…

 

 

 

 

 

linkawakeremake

…Mais surement pas ça.

Bien évidemment je n’ai pas dis que je n’aimais pas les jeux 3D, mais vous avez compris le principe.

Je conclurai en m’adressant à vous, jeunes créateurs de jeux vidéo : garder à l’esprit que la 3D n’est pas forcément le but à atteindre. Un jeu 2D bien construit est tout aussi prenant (sinon plus) qu’un jeu en 3D.

N’oubliez jamais que l’imagination des joueurs qui joueront à votre création sera toujours plus puissante que n’importe quel graphisme ultra développé que vous aurez réalisé. L’exemple le plus probant est le jeu « A Blind Legend » sorti récemment sur smartphone, qui vous met dans la peau d’un chevalier aveugle. Tout le jeu se joue grâce aux sons ! Vous pouvez donc imaginer tout ce qu’il se passe autour de vous. Je vous conseille d’essayer c’est très impressionnant 😉

A blind legend

 

Sur ce je vous souhaite une bonne création, on se retrouve prochainement pour la première partie du tutorial sur le Blender Game Engine.

À très bientôt !

Share.

Leave A Reply